Grossesse: les antidépresseurs augmentent le risque de fausse couche

Les femmes enceintes attention aux médicaments que vous prenez quand vous avez le baby bump, mais le risque de perdre que peu de la vie avant même de le savoir, parce que d’une fausse-couche. Parmi les plus dangereux, qui peuvent augmenter le risque de fausse couche au cours de la période de neuf mois de gestation, il y a les antidépresseurs.

L’avertissement a été lancé récemment par un groupe de scientifiques au canada. Les chercheurs, de l’Université de Montréal, le Canada fait valoir que l’administration de médicaments antidépresseurs pendant la grossesse peut augmenter considérablement les chances de fausse couche. L’étude, menée sur un échantillon de pertinent femmes, 5124, et publiée dans le Canadian Medical Association Journal, qui assure l’existence d’une corrélation de ne pas être sous-estimée, entre la perte de l’enfant et de la prise de ces médicaments. Plus de 5 mille femmes qui ont subi une interruption spontanée de la grossesse, impliqués dans l’étude, et les pourcentages parlent d’eux-mêmes: dans 5,5% des cas, l’utilisation de médicaments antidépresseurs.

Le chiffre est important, surtout si, statistiques en main, vous évaluer le nombre, une femme d’environ 30 pendant les neuf mois de l’attendent sont à l’aide, plus ou moins régulièrement, médicaments pour la dépression. L’accusé de fausses couches chez les femmes enceintes et tous les types d’antidépresseurs: les scientifiques canadiens ont mis en évidence l’dangereux corrélation entre une classe particulière de ces médicaments, et la fin de la grossesse. C’est d’antidépresseurs, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, les Isrs, et, en particulier, de la paroxétine et de la vellafaxina. Image tirée de: pianetamamma.il

Laisser un commentaire