La fécondité de la femme en déclin

L’année dernière, en 2009, il y a eu un déclin du taux de fécondité en Italie: il est passé par l’tandis que les lacets de 1,42 en 2008 à 1,41. Pour révéler qu’il est le maire, mais aussi dans le reste de l’Europe n’est pas mieux (sauf pour la Suisse, qui a connu une faible croissance, une augmentation de 1,48 à 1,50, selon Eurostat). Une baisse de la fertilité qui implique le couple dans son ensemble, mais surtout de la femme.

La question, en premier lieu, de l’âge: “Les changements au sein de la société ont conduit les femmes à la recherche pour un enfant après 30 ans: un important seuil même de la vie fertile de la femme. Si, vers l’âge de 25 ans, une femme encore conserve la totalité de son patrimoine, des œufs, ce qui a tendance à s’estomper au bout de 30 à la pourriture après la 35 et de l’approche de zéro après 40 ans”, explique Thierry Suter, un spécialiste en Médecine de la reproduction du centre suisse ProCrea. Toutefois, il existe aussi des problèmes liés à la santé génésique des femmes: “Environ une personne sur trois cas de stérilité est causée par une lésion du tube, en raison de la spirale ou d’avoir un avortement ou un rapport sexuel infecté. Même une appendicite peut être risqué”, poursuit le médecin. “Puis il y a les problèmes liés au poids: si c’est trop ou trop peu, vous courez le risque d’avoir une ovulation irrégulière ou absente. Sans oublier également l’endométriose, encore trop souvent sous-diagnostiquée.

N’oublions pas, aussi, que dans les vingt dernières années, la fertilité masculine a subi un coup dur, à venir à la réduire de moitié. À cela s’ajoute l’influence du style de vie, à la fois pour les hommes et pour les femmes. Aussi, en effet, affecter la capacité de reproduction: l’abus d’alcool et de drogues et de tabac sont, par exemple, les facteurs qui conduisent à l’infertilité. Mais tout n’est pas perdu: c’est précisément en agissant sur les habitudes quotidiennes, vous pouvez augmenter la fertilité du couple.

Laisser un commentaire