Maladie: de nouvelles normes pour les Administrations Publiques

Les congés payés de travail, pour maladie, il peut devenir dans les prochains mois, un piège pour les employés, repos, indûment, l’utilisation des congés de maladie ne correspond pas exactement à la vérité. Le resserrement des contrôles afin de surmonter cet obstacle.

Si l’employé demande pour une autorisation de séjour à la maison, à cause d’une maladie, le système national, à partir d’aujourd’hui, estime qu’il est nécessaire, ou au moins possible de vérifier avec la visite de l’impôt, l’état des choses. Après les 10 premiers jours d’absence du travail dans le cadre de la pratique de la vérification de la decurtabilita à partir du salaire des absences; selon la nouvelle circulaire émise par le Ministre Brunetta, sont-ils une partie des nouvelles fonctionnalités de la Médecine du Travail.

La discipline vise à réglementer les autorisations pour la maladie dans les Administrations Publiques, où la maladie d’un jour, par exemple, à l’échelle nationale, n’avait jamais été vérifié avec la visite de l’impôt, tels que le certificat médical n’était pas nécessaire dans le cas d’une durée si courte.

Pour la période de maladie qui est supérieure à 10 jours consécutifs, en outre, après la deuxième maladie au cours des 12 derniers mois, doit être déposée auprès du certificat médical attestant de l’état de la maladie, délivrée par un établissement de santé publique, (un ou pluriel) ou par un médecin indépendant accord avec le Système National de Santé.

Au niveau de la rémunération, au lieu de cela, seront reconnus dans les 10 premiers jours de la maladie, la performance est critique, alors que les installations et les traitements, le plus favorable sera possible uniquement en cas de maladie en raison d’une blessure sur le lieu de travail ou à des activités attachées à la tâche. Aucune déduction, dans le treizième paiements mensuels, en la personne de rémunération de l’ancienneté, dans les contrôles: ad personam.

PHOTOS

Laisser un commentaire