Soins de beauté: plus de garanties de la part de professionnels

Le plus de garanties de professionnalisme dans les soins de beauté, grâce à des parcours de formation et précis pour les médecins traitant de la médecine esthétique, afin de protéger la santé des patients et les spécialistes de l’industrie est l’un des objectifs réaffirmés par le sous-secrétaire de la Santé Francesca Martini, qui a récemment parlé dans le cours de la conférence de rome sur “les femmes et l’esthétique, une discussion sur le botox”.

Les garanties de la préparation, du professionnalisme, de la sécurité et de la sécurité sont un droit pour les citoyens qui décident de subir les traitements de médecine esthétique, mais aussi pour les spécialistes de cette branche de la médecine. Les mots de la secrétaire d’état laisse peu de place pour le doute, à l’heure actuelle pour les professionnels de l’esthétique, il y a deux écoles de spécialisation reconnue au niveau de l’université, l’un en dermatologie et une en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique chirurgie, qui sont bordées par les différentes écoles en quatre ans en médecine esthétique ne sont pas reconnu, toutefois, que les écoles de spécialisation, et sur laquelle nous réfléchissons. Ceux-ci, ensuite, vous ajoutez beaucoup de cours, la durée varie de quelques heures à quelques mois, qui délivrent des diplômes qui sont accrochés sur le mur et utilisés comme des outils pour se mettre sur le marché que des médecins et des spécialistes. Aussi sur ce que nous pensons. Sous la loupe de la, réel ou prétendu, cours de formation, de spécialisation et de plus ou moins fiable, mais pas seulement.

De retour sur le banc des accusés, également, le botox, le sujet de l’éternel débat entre experts et non experts de la beauté et de la médecine esthétique: au cours de la réunion, ils ont discuté de cette toxine botulique est utilisée pour lisser les rides et de “lisser” les visages. Le sous-secrétaire Martini, à cet égard, souligné l’engagement des Institutions pour des précisions, en demandant au Conseil Supérieur de la Santé, de la recherche sur le sujet. Image tirée de: irischirurgia.il

Laisser un commentaire